Daniel Lincou

        Général
Accueil
Lettre d'infos
Streaming
Calendrier
Tournois
Photos
Liens


   Rédactionnel
Articles
Archives
Sous Presse
Mémoire Squash

       Joueurs
Joueurs
Classement
France/équipes

       
Fédéral
Ligues/Clubs
F.F.Squash

       Divers

Infos Utiles
StatsSquash
Videos

Annonces
 

Contactez-nous
Des Sous !!!

SITE INTERNATIONAL

 

 

 

DANS LA FAMILLE LINCOU, JE DEMANDE....
LE PÈRE...


La réaction de Daniel à cet article...



24 janvier 08

QUELLE FAMILLE...

N'oublions jamais que nous sommes le fruit de nos gênes, bien sûr, mais aussi et surtout, de notre entourage. Ceci expliquant sans aucun doute la superbe réussite de Thierry Lincou, car son entourage à lui, est merveilleux.

Sa femme, Céline, bien sûr, son ancre, son port, ses voiles, et, soyons clairs, son maître à bord, et puis maintenant, ses deux petites, Jade et Paola. Mais avant ses "trois femmes", comme il les appelle, il y a eu une autre Céline, maman, et Daniel, papa, sans oublier Pascal, frérot. Et puis, les racines contrastées de Castelnau de la Chine. Un mélange détonnant.

Mais pour aujourd'hui, nous allons nous intéresser au Daniel. Si vous pensez qu'il s'est mis au squash pour suivre son petit, vous vous fichez la raquette dans l'oeil, Sieurs Dames.  C'est carrément l'inverse.

Si Thierry (et son frère Pascal, maintenant CTL de la Réunion, se sont mis au squash, c'est que Papa, avec son pote Alain et quelques autres tordus de la raquette, leur a construit un court là, à 20 mètres de leur maison, dans l'enceinte du Foyer pour Âmes Perdues, comme je l'appelle que Daniel a géré pendant tant d'années.

Et qu'ensuite, le Daniel, toujours accompagné, poussé (et maugréant quelquefois) mais à chaque instant soutenu par son épouse extraordinaire qu'est Céline Lincou, Daniel s'est dévoué pour le squash et pour cette île où il ne devait faire que passer, et où il est resté par amour de cette belle chinoise...

Et la base de cet article aujourd'hui, c'est que le Daniel a enfin reçu une récompense officielle du gouvernement français, une médaille de la Jeunesse et des Sports. Was about time! (pour vous, non anglophones, "ils ont pris leur temps!).

Alors, un petit coup de chapeau au travail de Daniel Lincou....

Mon père fait partie des gens dont on ne veut pas se séparer, je le dis en tant que fils mais aussi en tant que membre de la ligue et membre du club de l’ASCTR.

S’il n’avait pas fait le forcing pour passer le relais à la présidence de la ligue, il y serait encore pour longtemps je pense. De même pour le club cela fait 25 ans que les anciens le retiennent.

A l’heure où l’individualisme prend le pas sur les valeurs collectives, il faut du charisme et de la patience pour être plébiscité par l’ensemble d’une communauté.

Pour résumer son action durant son mandat de président, je dirai deux choses : d’abord qu’ il a clamé sans relâche l’importance de la prise de la licence pour l’accréditation de notre sport. Son message est passé je crois car plus aucun club de l’île n’accepte de joueur sans le squash pass.

Ensuite avec son ami Daniel Jacquinot, ils ont impulsé une vrai politique de développement chez les jeunes et soutenu le dynamisme des clubs porteurs de graines de champions tels que l’ASSS, le BOTC, le SAINGYM, le SCT et l’ASCTR bien sûr.

 Jamais notre ligue n’a glané autant de récompenses nationales que pendant cette décade et je crois qu’elle a été un exemple pour beaucoup de ligues métropolitaines. Ils m’ont accordé leur confiance dès l’obtention de mon BE1 en 1993 et m’ont promu CTL statut que je garde jusqu’à ce jour.

Je garde un souvenir ému de ses belles années où nous avions mis tant de choses en place (formation de cadres et développement d’écoles de squash, mise en place d’un circuit jeunes, compétitions masse et élite, stages de préparation aux France) et créer un vrai vivier de jeunes.

En quelques mots : Simplicité, disponibilité, sincérité et enthousiasme résument la façon dont s’est impliqué mon père dans le squash.

                               

Daniel Lincou est ce que l'on appelle " un monument " en terme de bénévole, et cette médaille est plus que méritée.

Certes il doit avoir des défauts comme tout le monde, mais si l'on fait le compte, ses qualités doivent peser lourdement du côté de la balance.

Son affabilité, sa simplicité exemplaire suscitent respect et l'envie de le suivre dans son sillage.

Je trouve seulement dommage que certains, au lieu de le soutenir à fond, l'ont laissé démissionner de la Ligue, il y a 4 ans.

Pour moi, il est, et restera le président à vie de l'ASCTR, malgré son envie de lâcher du lest.

                         
Un "zanatany" (né dans l'île de Madagascar)



Dur de parler de son père, mais on peut objectivement saluer le travail abattu et le chantier bâti depuis toutes ces années.

Passionné de sport en général, il est toujours dispo, patient, généreux(comme dans l'effort physique d'ailleurs, 10 000 km de vélo/an), à l'écoute des autres. Il a aussi la manière de mettre tout le monde à l'aise.

Peut-être qu'en fait les gens sont séduits ou surpris par son accent du sud ouest qu'il n'a jamais égratigné en 35 ans de réunion.

Cet engagement associatif et sportif a aussi été toujours soutenu par maman que j'embrasse fort aussi.

               

Les membres du Bureau de l'ASCTR
STÉPHANE ALLAMARGOT

Quelle meilleure idée que de rendre hommage à Daniel ! J'ai immédiatement été emballé par cette belle initiative... Et finalement, au moment de taper ces quelques lignes, je m'aperçois combien il m'est difficile de trouver les mots!

Pas simple lorsqu'il s'agit de parler de quelqu'un qu'on aime... c'est tellement de souvenirs... une telle émotion aussi qui s'installe à fleur de peau !!!

Daniel Lincou ?...

Dire qu'il est un grand monsieur et que le squash français lui doit beaucoup est une évidence. Sous sa présidence, la ligue de la Réunion ne s'est pas contentée d'être la meilleure ligue de France pendant des années. Elle a aussi été en particulier chez les jeunes le moteur du squash national, l'exemple à suivre pour tous les éducateurs de France et de Navarre.

Inutile de s'étendre sur le sujet, nous le savons tous. Même s'il ne faut surtout pas l'oublier.

Ni oublier les champions qu'il a vus naître. Certes il y a eu Thierry. Mais comment ne pas penser aux Stéph et Elodie Ducos, Séverine Payet, Dimitri Loreau, Christophe André, Anaïs Alamichel, Célia évidemment, Cham Laravine, Stéphanie Murat, Vanessa Florens, les deux soeurs Boyer, et tant d'autres que le manque de temps m'empêche de citer, pardon à eux. Autant de noms qui "parleront" à tous les connaisseurs.

Mais Daniel, pour moi, c'est bien plus que ça. C'est mon grand frère, ma deuxième famille lors de mes quinze années passées à la Réunion. C'est un coeur énorme, une générosité sans pareille, un exemple aussi, à plus d'un titre, un ami incomparable, une intelligence d'une finesse rare, et un humour... comment dire, venu d'ailleurs, comme par exemple de ce terroir qui l'a vu naître et dont il n'a jamais perdu l'accent (ah, le cassoulet de Castelnaudary).

Il nous est arrivé de partager de belles émotions, j'en ai encore la chair de poule! Je l'ai vu, papa de qui vous savez, suivre la progression de celui qui nous fait rêver, encore et toujours, avec une fierté légitime, mais aussi une modestie exemplaire.

Je l'ai également vu papa de l'autre rejeton de la famille, Pascal (formateur hors pair qui lui aussi, à sa façon, a su prendre une part immense dans la réussite du squash réunionnais), Pascal mon petit frère, s'inquiétant avec tendresse et affection, tristesse même parfois, de l'ombre que l'autre, dans sa réussite, aurait pu lui faire. Et dans ces moments-là, j'avoue qu'il m'a profondément touché par cette sensibilité qu'il tend très souvent à ne pas montrer.

J'ai pleuré avec lui au téléphone lorsque Thierry est devenu champion du monde... Un moment unique, une émotion d'une puissance folle que je n'oublierai jamais. J'ai partagé ses joies (ah cette première victoire de Titi sur Peter Nicol à Hong-Kong) et parfois certaines de ses déceptions.

Il a partagé mon plaisir de voir Célia grandir et réussir à son tour. Que de gueuletons partagés ici et là, de tranches de vie tropicale, de déplacements en France avec la délégation de la Réunion...

Autant de choses qui nous ont rapprochés. Et qui font qu'aujourd'hui il occupe une place spéciale dans mon coeur. A tel point qu'il me manque, le boug'.

Et bien plus qu'il ne peut sans doute l'imaginer.

           

... ET CÉLIA ALLAMARGOT....

J'ai vu cette superbe rubrique sur Daniel, et je me permet d'envoyer un pti mot.

Même si je ne suis plus à La Réunion, mon île a toujours une place dans mon coeur, et il en est de meme pour les gens que j'ai côtoyé pendant toutes ces années.

L'ASCTR ne serait pas ce qu'il est sans Daniel, ni même le "squash péi". Un club où, malgré son apparence^^, je me suis toujours senti comme chez moi, un club accueillant, un club dynamique...!

Que de souvenirs, et de bons moments passés... de stages où on dormait chez la famille Lincou, les bons ptits plats de Céline... Que du bonheur partagé lors des déplacements en France pour les tournois, et même en Europe, avec les victoires, mais aussi les défaites...

Daniel a toujours été fier et heureux de notre réussite, et ça nous toujours faisait plaisir de pouvoir lui rendre la pareille a notre manière, de part nos résultats...

L'ASCTR, c'est aussi Pascal Lincou et Steph et Seb Fungere, qui m'ont entraîné et supporté^^ pendant toutes mes 1eres années... qui m'ont appris énormément, sans qui je ne serais pas là. Steph Ducos aussi qui s'est occupé de moi.

Et puis il y a les incontournables partenaires d'entraînement Pierre Canto, Billy Paton, Olivier Longin, Chirstophe Boyer, Fabien Manasterski, Emilie Lamilongo, Marjorie Fosse, Elodie Ducos, Cedric Freckhaus, Geoffroy Beaucourt, Sylvain Vidot... et je dois en oublier...

Tout ca pour dire, que notre Daniel "péi" nous a donné la possibilité de réussir en s'investissant dans le milieu du squash, et ça fait plaisir de voir qu'il est toujours présent.

Après 5 ans sans être rentrée à La Réunion, j'ai été invitée à faire un tournoi au Tampon en Décembre dernier et qui vois-je toujours là, notre cher Daniel, fidèle au poste. Je regrette juste de ne pas avoir eu assez de temps pour venir manger un bon pti carry à leur case... La prochaine fois j'espère!

Merci pour tout ce que tu as fait pour nous Daniel...!

             
2004
cirque de Mafate à la Réunion 2003

Avec l'équipe de France féminine

à Moissac, 2005

à la réunion 2003

Même si nous nous sommes éloignés des terrains de squash(Monique et moi) depuis que nous sommes rentrés en métropole, pour moi le squash rime avec Lincou.

C'est Daniel , Thierry, Pascal et Céline qui m'ont entraîné vers ce sport si formidable. L'amitié, la famille, la convivialité, la rigueur, l'humour et la sincérité, autant de qualités que l'on retrouve chez ces quatre personnes, pourtant si différentes, mais si complémentaires.

Après 17 ans passés à la réunion, ce n'est pas par hasard si j'ai choisi Daniel comme témoin de mon mariage. Pour moi c'était vraiment un réel et profond témoignage d'amitié.

Devant mon écran d'ordinateur, l'affiche de Thierry WORLD NUMBER 1 et 5ème Fête du Cassoulet en 2004 à Castelnaudary... ce n'est pas non plus le hasard.

Alors nous avons vécu une belle aventure de 1990 à 2003 à la ligue de squash, avec tous ces jeunes qui ont percé, et surtout Thierry toujours en haut de l'affiche.

Pour moi, Daniel a su rassembler autour de lui tous les amis qui voulaient oeuvrer pour le squash, mais qui savaient que l'amitié était prioritaire. A cette époque nous avons connu la famille Lincou et la famille du squash, c'était un peu, voire beaucoup la même.Combien d'heures de discussion, de matchs refaits, autour d'un bon carry et d'une bonne bouteille, combien de tournois organisés, de démonstrations, de passionnés rencontrés.

A Moissac le squash me manque, mais en creusant un peu, c'est peut être et sans nul doute Daniel, Thierry, Pascal et Céline qui nous manquent le plus.

Heureusement chaque année, on se retrouve et on refait le monde. J'espère que que l'on refera ce monde très longtemps.

Très sincèrement.
Un ami de Daniel.

                                


Thierry devant le fameux silo de maïs qui abrite le maintenant célèbre court du Foyer



Quand en 1981 j’ai remis à Daniel Lincou les plans d’un court de squash ramenés du Milady Squash Club de Roger Barandiaran à Biarritz, je ne pensais pas que les choses iraient aussi vite.

En effet peu de temps après Daniel, qui ne connaissait pas le squash, nous entraîna dans un groupe restreint de membres « fondateurs – actionnaires » du 1er court de Squash de l’Île.

Grâce à Daniel, c’est dans un ancien silo à maïs, au foyer de l’enfance, lieu de son travail que commencèrent les travaux. Il les dirigea, trouvant les ouvriers, dont celui qui devint le poseur de parquets attitré et membre éminent du club pendant des années, Serge Philippe.

Pendant un bon moment ce court « privé » nous a servi de défouloir , palliant un abandon progressif de notre – longue- période dédiée au rugby.

Mais nos enfants, Pascal, Christine, Thierry, Stéphane, suivi des frères Fungère et de quelques autres voulaient aussi jouer avec la petite balle.

Daniel me demanda de contacter et faire venir Roger & Angèle Barandiaran, joueurs de haut niveau. Roger, membre de la Fédération et instructeur nous permit d’obtenir nos brevets d’éducateur et d’arbitre. Les jeunes bénéficièrent d’une formation initiale de valeur qui leur permit de progresser et de faire de jolis bouts de chemin, localement, nationalement et même mondialement…

Cheville ouvrière permanente, tant à l’ASCTR qu’à la ligue, membre fondateur puis Président, Daniel n’a compté ni son temps ni ses efforts pendant de longues années, contribuant à faire du Squash un sport qui compte à la Réunion et véhiculant au-delà des mers une image des plus positives.

Par de multiples actions auprès des instances locales – mairies, OMS –et moult dîners dansants, il permit à de nombreux jeunes de s’envoler – très souvent pour la première fois – vers la Métropole ; groupes restreints au début ils s’étoffèrent vite pour porter au plus haut l’image de la Réunion, tant en individuel que par équipes.

                           


Devant le court...


... Puis dedans.

Thierry et sa mère devant leur ancienne maison et l'arbre que Céline avait planté à son arrivée au foyer...

DANIEL, LE POÈTE...


La rue des Bons Enfants
DANIEL LINCOU... LA RÉPONSE....

La première émotion passée j'ai relu cette série de choses flatteuses sur mon compte, et je vous dis tout de suite que le Squash à la Réunion, ce n'est pas que Daniel Lincou. Faudrait être un surhomme!

Le premier président et constructeur d'un "vrai "complexe d'accueil de Squash fut Ludovic Basora à Sainte Clotide (aujourd'hui, Jardin du Squash d'Arnaud Deribas) suivi de Christophe Popineau, de Daniel Lincou, de Joël Loreau ( qui s'apprête à passer le relais).

Alors... comment essayer de citer tous ceux qui ont oeuvré pour le Squash sans risque d'en oublier de fort méritants?

Cependant, parmi les "gros bâtisseurs de la ligue", comment ne pas citer parmi les premiers : Ludovic, J.P.Populu, Dominique au Saint Gym, Jacqueline au Tampon, et énorme cheville ouvrière: Daniel Jacquinot :bénévole de niveau national ! et tant d'autres: l'équipe de l'ASOI, Boyer, (s), Gouazé, Allamargot, Ducos, Freckhaus, Canto (qui nous avait décroché le jack pot).

Au niveau de l'ASCTR, dès l'âge de 15 ans, Pascal Lincou, Stéphane Fungere qu'on croyait à l'époque pas tout à fait capables d'atteindre le très haut niveau se sont consacrés à l'entraînement des plus jeunes... ils n'ont pas eu la chance qu'ils méritaient au niveau de la compétition; ils se sont réalisés autrement pour le plus grand bonheur d'autres jeunes.

Dans leurs foulées, nous n'avons jamais manqué d'éducateurs; Sébastien, Marie France, Michel Ariel et toujours de nouveaux qui se déclarent volontaires pour donner le coup de main.

le club aujourd'hui le club se structure avec des gens pleins de bonne volonté ils sont les bien venus!

alors voilà il est vrai que j'ai posé la première pierre en 1981( avec une poignée de fous qui ne savaient pas les conséquences que ça allait avoir)
beaucoup de gens sont passés, plus ou moins longtemps, et ont apporté leurs pierres, certains des murs entiers.

D'autres arrivent pour une ère nouvelle... moi eh bé! je suis encore là
si je n'ai pas été le meilleur je suis un de ceux qui durent... et grand merci à tous ceux qui ont fait et font encore route avec moi ...

Ah j'oubliais il y a juste un truc qui nous a beaucoup aidé, comme ça, une plante rare, qui pousse en des endroits tout à fait inattendus, ce petit truc turbulent s'appelle Thierry.

Longue vie à nous et au Squash,

                                         


Jade et Kara Lincou...

Sans Pascal, Daniel et Céline (qui m'a filé l'une de mes roustes au squash les plus mémorables quand j'ai commencé, et sans se décoiffer d'un cheveu), le squash sur l'Île ne serait pas ce qu'il est.

                



Lisez l'article sur le
Club des Avirons



Dans la famille Lincou, je voudrais...
Le Frère aîné...

 

All content ©2004-2013 Framboise Gommendy

Accueil ] Archives ] Calendrier ] Recherche SiteSquash ] Tournois ] Stages 2009 ] Photo Classics ] Sous Presse 2010 ] Veterans 2008-2009 ] Articles ] Classement ] Joueurs ] Liens ] Parlons-en ] F.F.Squash ] Infos Utiles ] Contactez-nous ] Stages ] Des  Sous !!!!! ] News des Ligues/Clubs ]