Thierry - Jour 1

        Général
Accueil
Lettre d'infos
Streaming
Calendrier
Tournois
Photos
Liens


   Rédactionnel
Articles
Archives
Sous Presse
Mémoire Squash

       Joueurs
Joueurs
Classement
France/équipes

       
Fédéral
Ligues/Clubs
F.F.Squash

       Divers

Infos Utiles
StatsSquash
Videos

Annonces
 

Contactez-nous
Des Sous !!!

SITE INTERNATIONAL

 

 

 

 [ Thierry - Jour 1 ] Thierry - Jour 2 ] Thierry - Jour 3 ] Thierry - Jour 4 ] Thierry - Jour 5 ]

  
LES DÉBUTS...
LA FAMILLE...

LE DÉBUT

À quel âge commences-tu le squash ?

C’est mon père qui m’a fait jouer pour la première fois à 8 ans.

Et tu avais envie de devenir le numéro 1 mondial, déjà tout petit ?

Non. Quand j’ai commencé à jouer, je n’avais absolument aucune ambition. Enfin, je voulais être bon en France, parce que nous, comme tu le sais, on est un tout petit pays, une toute petite île, on n’avait aucun repère, aucune référence.

Alors, pour nous, déjà être bon en France, c’était bien. Quand j’étais jeune, je crois qu’à un moment donné, je disais que je voulais être dans les 30 meilleurs, mais c’était comme ça, sans aucune référence.

Bien sûr, au fur et à mesure de ma carrière, je me suis fixé des objectifs un peu plus réalisables, à chaque fois un peu plus haut. Mais il fallait que je valide un niveau pour aller au suivant.

À quel âge décides-tu de prendre un entraîneur.

À 14 ans. Depuis cet âge, j’ai deux entraîneurs, Franck Carlino et Paul Sciberras. Auparavant, j’avais eu deux autres entraîneurs, j’étais Champion de France.

Je les ai rencontrés à ce moment-là, et on s’est dit qu’on allait aller vers un projet nouveau, un projet commun, qui serait sport et études. Le principe était « il faut que tu réussisses tes études et que tu sois bon en squash. »

Et tes parents t’ont soutenu ?

Mes parents ont totalement approuvé la démarche, ça les a rassurés. Ce n’était pas un simple « sport/études », dont les résultats à l’époque n’étaient pas entièrement satisfaisants, et menait à de nombreux échecs scolaires.

Comment se partage ton histoire avec eux ?

Au début, je faisais beaucoup de raquette avec Franck, vraiment le travail technique, on va dire, et Paul était plus accès sur la préparation physique, cognitive et mentale, la planification des entraînements.

Paul est quelqu’un qui a fait de nombreuses études, il a passé 3 DEA, Biomécanique, neuroscience, etc… Il s’intéresse aussi à l’aspect cognitif, il aime bien le traitement de l’information, et au squash, c’est important. Je pense que c’est aussi là-dessus qu’on a fait la différence.

Tu es très fidèle…

Oui, cela fait 14 ans que Paul, Franck et moi, nous travaillons ensemble, mais là où j’ai eu des repères de faire une carrière, c’était à 18 ans quand j’ai décroché la place de numéro 1 Européen et 3ème mondial junior.

Parce que tant que j’étais Champion de France, c’était bien, mais cela ne voulait trop rien dire. Mais cette place de 3ème mondial nous a fait penser que tiens, là, je pourrais peut-être faire une carrière pro.

En Anglais
  
Album de Photos

Thierry LINCOU

Vingt-huit ans ; né le 2 avril 1976 à Saint-Pierre (la Réunion).

1,80 m ; 75 kg.

Entraîneurs : Paul Sciberras et Franck Carlino.

Championnat du Monde – Individuel : 1er (2004); 2e (2003). Par équipes : 2e (2003).

Championnat d'Europe – Par équipes : 2e (2000, 2001, 2002, 2003, 2004).

Championnat de France : 1er (de 1997 à 2003).

Championnat d'Europe Juniors : 1er (1994).

3ème au Championnat du Monde Junior 94

13 victoires sur le circuit PSA.

Numéro 1 mondial depuis le 1er janvier 2005.

   

"Les Français jouent au squash comme ils jouent au rugby, avec passion et inspiration."
  
Jahangir Khan

LA FAMILLE
Bonjour Framboise,

Ce matin, il pleut très fort sous les tropiques... dans deux heures il fera soleil. ce con de gazon va s'en donner à cœur joie .. et je serai bon pour pousser la tondeuse ...prendre la cisaille et cetera... bon je ne suis pas là pour me lamenter, il n'y a vraiment pas de raisons...(pourvu que la tondeuse démarre)…

L’ENFANCE – PASCAL ET THIERRY

Par rapport aux enfants de son âge, à trois ou quatre ans, on s'est aperçu qu'il était plutôt dégourdi.. Un de ses jeux, en concurrence avec son frère Pascal, était de sauter d'obstacles de plus en plus hauts : ils prenaient dans la main une petite branche d'arbre avec des feuilles qui était censée faire office de parachute, et pour Thierry tout était bon pour être le premier et devancer son frère de trois ans son aîné.. Comme celui-ci n'était pas manchot...faillait se surpasser… C’est sûrement de là que son goût pour la compet a pris corps... enfin dès qu'il a été capable de se déplacer, pratiquement, il a montré des qualités au-dessus de la moyenne.

Ils ont toujours vécu dans une ambiance sportive, étant moi-même un fada de sports (rugby, vélo judo). ... et Céline, sa mère, de son côté, n'aime rien perdre (même pas un centime). Ils ont pratiqué tout ça et en plus : la natation, le bicro, la randonnée....

Le squash est venu après... par hasard… ( à 50 m de la maison de fonction, Daniel, éducateur chef , avec la complicité du parrain de Thierry, Alain DUCOS, a transformé une partie d 'un ancien silo à maïs, premier court de squash de l' île: il manquait 10 cm. .. qu'importe!

Enfin c'est souvent le cas dans les familles : le petit veut surpasser le grand et Pascal a joué un rôle très important dans la réussite de Thierry. À un moment de sa vie, Pascal a été frustré car lui n'était pas loin ... mais les circonstances en ont voulu autrement... du coup Pascal est devenu prof d’EPS et de Squash. Il est CTL à la Réunion, B.E.2 et il fait du très bon travail aujourd'hui.

Il y a une grande affection entre les deux c'est peut-être ça qui est le plus réconfortant.

LA RÉUSSITE

On nous dit souvent qu'on doit être "fiers" de la réussite de Thierry. Bien sûr... Mais c'est bien plus que ça...Ce qui me met la chair de poule, par exemple, c'est quand le speaker, à grand renforts de boniments, l'appelle sur le court dans un grand tournoi, ou que je vois un tas de gamins accourir vers lui quand il arrive dans un club, je me dis: "tu te rends compte.. ton garçon..."

Mais enfin, la réussite sportive, la relative notoriété, ne sont qu'une (très grosse) cerise sur le gâteau , à coté des satisfactions familiales...

LES CRAINTES

Ce qui me ferait le plus peur dans la carrière sportive, c'est le dopage. Mais de ce côté-là, je suis tranquille avec Thierry... et les gens qui l'entourent me rassurent totalement… Autrement, on peut toujours craindre la blessure qui peut tout arrêter, mais Thierry a su mettre d'autres atouts en réserve par les études qu'il mène.

On pourrait craindre aussi que "ses chevilles enflent" tout d'un coup , mais ce n"est pas le genre de la maison …

En fait, c'est la fin de carrière et la reconversion qui sont aléatoires ; mais il faut faire confiance en ses capacités.

FIN D’ANNÉE

Hier, on a fêté au club l'événement. C’est en accrochant la banderole : "THIERRY CHAMPION DU MONDE " que j'ai réalisé un peu plus... Il a pris son bain "affection véritable" parmi ses amis de toujours et sa famille. Il a fait jouer pendant une heure et demie ses copains, puis on s'est retrouvé, comme il se doit, autour des bouteilles et autres friandises qui composaient le buffet organisé par la mère. Thierry repartira gonflé à bloc pour défendre sa place..

AVOIR DES PETITS

Quand on a des enfants , on souhaite le meilleur , à condition que ça ne les "dénature" pas et qu'ils se réalisent. J'ai toujours été conscient que vouloir réaliser , ses propres rêves inassouvis , à travers ses enfants, était la plus mauvaise des choses et c'est peut-être en laissant se faire les choses et en accompagnant ses enfants, dans la voie de leur choix (même s'ils sont induits par les circonstances ou des désirs malgré tout inconscients) qu'on leur rend le meilleur service .

Voilà Framboise ce que je peux te dire ; je m'oblige à m'arrêter car je pourrais être très long...

Daniel Lincou

Thierry en 3 mots:
  
Costaud, Sérieux (trop?), Réfléchi
  
Renan Lavigne

Céline

Hello Framboise

À l 'âge de 4 ans , déjà , Thierry se concentrait avant ses combats nippon en compet !



Dès la maternelle, il a appris à organiser son plan d'activités ( méthode personnalisée et communautaire). Dans notre poulailler, il osait taquiner les coqs de combat : il s'est fait griffer !

J’ai eu Thierry , en classe de moyenne section, à l' école catholique de St Gabriel. Je ne l'ai gardé qu' un trimestre, because, trop de pression , vis à vis de ses copains : j ai été trop sévère avec mon fils et élève ; j'ai dû le confier à une autre collègue ...... difficile d' être prof et maman !

Un petit an d'avance : à 17 ans, malgré ses absences répétées, notre fils a décroché le Bac D, avec une petite mention .

Nous avons des photos souvenirs de son enfance !

Pour moi, Thierry est bien « le messager d’amour, de paix et de joie », l' ambassadeur de notre squash !

Une "mongolfière" ravie d'avoir rencontré son mari à Castelnaudary !

Une famille unie et épanouie, à la Ravine des Cabris !

Vive la Réunion , l'île au trésor !

Céline Lincou
Pascal

Titi c'est comme mon frère jumeau, bien que l'on ait 3 ans de différence et que l'on n'ait pas tout à fait le même niveau en squash !!!

Mis à part ça, on partage les mêmes passions, les mêmes envies, une sage philosophie de la vie, des plaisirs simples et sains.

Enfant, Titi a toujours voulu faire aussi bien que moi, voire dépasser son grand frère, en effet plus jeunes nous jouions toujours ensemble. Peut-être ai-je de cette façon contribuer à sa réussite ??

Lorsqu'il m'a dépassé, mon sentiment de frustration n'a duré qu'un court instant , et a été remplacé par un grand sentiment d'admiration. Jusqu'à ce jour, je crois être l'un de ses plus grands fans, je lui est dédié un montage sur informatique, film retraçant son superbe parcours en 2003. Et que dire de 2004 !
J'ai toujours cru en lui , et quand je m'adresse aux jeunes que j'entraîne, je le cite toujours comme exemple...

Petite anecdote:
Lorsqu'il avait 11 ans, lors d'une séance de lancer du disque, son prof de gym avait dit: "lancez l'engin comme si vous vouliez qu'il dépasse les grilles du stade".

Ça n'a pas loupé, le prof a été obligé de sauter la grille pour récupérer le disque de Titi perdu dans les bois!!!

Au plaisir
Pascal Lincou

Décris-le en 3 mots :
  
Esthétique, Compassion,
Combativité

  
Franck Carlino

[ Thierry - Jour 1 ] Thierry - Jour 2 ] Thierry - Jour 3 ] Thierry - Jour 4 ] Thierry - Jour 5 ]

    

All content ©2004-2013 Framboise Gommendy

Accueil ] Archives ] Calendrier ] Recherche SiteSquash ] Tournois ] Stages 2009 ] Photo Classics ] Sous Presse 2010 ] Veterans 2008-2009 ] Articles ] Classement ] Joueurs ] Liens ] Parlons-en ] F.F.Squash ] Infos Utiles ] Contactez-nous ] Stages ] Des  Sous !!!!! ] News des Ligues/Clubs ]